jeudi 24 octobre 2013

FIV 4

Le 19 Décembre, avec Chéri, nous avons rendez-vous au centre qui nous suit maintenant depuis plus de 2 ans. Nous allons fixer les dates de FIV 4 et essayer de comprendre les raisons de l'échec de FIV 3.

Cette 4ème FIV, j'ai toujours eu peur de la faire, quand j'ai commencé les traitements, je me suis dit que ça doit être super dur de faire autant de FIV, et ça y'est j'y suis "arrivée". Surtout qu'après FIV 4, on ne sait pas vraiment ce qu'il y'a…
Je m'étais même dit que si FIV 3 ne fonctionnait pas, tant pis, on ne réessaierait pas.
Mais l'AMP étant devenue mon seul espoir, le centre de FIV ma nouvelle demeure, les piqures ma drogue et les sages-femmes mes meilleures amies, FIV 4 aura lieu.  

L'AMP (vu par moi) en chiffres :

Plus de 100 piqûres dans le ventre (Gonal puis Menopur, puis Puregon, puis reGonal , j'ai eu 32 piqûres rien que pour FIV 3), 4 piqûres de morphine, plus de 30 échographies (vaginales bien sur) et prises de sang (mes bras s'en souviennent encore), 10 séances d'acupuncture (soit une centaine d'aiguilles dans le corps), 2 séances d'ostéopathie, environ 150 comprimés d'acide folique, une soixantaine de capsules d'utrogestan (je vous dis pas le nombre de protège-slips) …

Nous avons parcouru environ 5000 km rien que pour nous rendre au centre, ce qui fait environ 300 € de gasoil et 140 € d'autoroute (ça, c'est si on est pressés).

J'ai vécu 4 ponctions aussi douloureuses les unes que les autres (pas d'AG dans mon centre mais quelques cachets à avaler et une piqûre de morphine), 3 transferts (beaucoup d'espoir) et 4 énormes déceptions, désillusions, échecs…donc des litres de larme.

A chaque fois, j'ai arrêté le sport (sauf la natation), je n'ai pas bu une goutte de café ni une goutte d'alcool, j'ai pris soin de moi… en vain.

Alors recommencer, encore, c'est une véritable épreuve. Si NOTRE enfant ne comprend pas à quel point on l'attend, on l'espère, on le désire, c'est qu'il y'a un vrai problème.

Mon corps commence (ça fait un moment déjà) à se déformer/transformer. Sans avoir mené de grossesse à terme, j'ai connu les prises de poids, les nausées, la fatigue, le ventre gonflé, les seins tendus et douloureux,…

Après chaque transfert, on se met à imaginer ce petit-être, on parle de son prénom, de sa chambre, ses vêtements, ses jouets,… on rêve de notre vie à 3.

Je sais que chaque FIV est une étape de plus vers notre baby-chou. Je ne sais pas encore combien mon corps pourra en supporter, ce que je sais, c'est que mon cœur en a assez de souffrir, mes yeux n'en peuvent plus de pleurer et le sourire sur mes lèvres commence à disparaitre.

Je mets tous mes espoirs dans cette 4ème FIV, j'ai tellement peur de vivre, encore, cette douleur qui m'a déjà, tant de fois, trop de fois, transpercée le cœur…

Je parle à la première personne mais je sais que pour mon homme, c'est très difficile aussi, certes il ne subit pas les traitements mais il est là tout le temps, il vit chaque moment intense, de bonheur, d'espoir, de peur et de tristesse.
Je l'aime plus que tout et le remercie d'être à mes côtés chaque jour.

3 commentaires:

  1. Merci pour ton commentaire..à mon tour de découvrir ton blog.
    Quel difficile parcours...moi qui n'est fait "que" 4IAC et 1FIV (3TEC), j'en peux déjà plus...Et à chaque fois, c'est possible que ce soit notre dernière tentative... On y pense...mais comme tu le dis si bien, la PMA est notre seul espoir, alors on s'accroche, on souffre...mais j'espère plus pour rien cette fois. Je t'embrasse et te souhaite beaucoup de courage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Zelda et bienvenue sur mo blog.
      Ton parcours n'est pas simple non plus.
      J'aimerais vraiment qu'un jour notre rêve se réalise, en tout cas, on fait tout pour...
      Merci pour ton soutien... j'en ai plus que besoin.
      Bises.

      Supprimer
  2. Je découvre ton blog et ton parcours... Difficile également.
    Courage ! En espérant lire de bonnes nouvelles bientôt.

    RépondreSupprimer